Référence :12448

Versailles immortalisé par les merveilles parlantes des bâtiments, jardins, bosquets, parcs, statues, groupes, termes, et vases de marbre, de pierre, & de métaux, pièces d'eau, tableaux & peintures qui sont dans les châteaux de Versailles, de Trianon, de la Ménagerie& de Marly. En neuf tomes in-quarton. Composé en vers libres françois, avec une traduction en prose latine. Ces merveilles parlantes traitent dans leur récits, de leurs descriptions, origines, proprietez, attributs, & de leurs histoires, soit saintes, véritable, ou fabuleuses. Tomes premier et Tome second.

MONICART Jean-Baptiste de; LE TESTU Romain (trad. latine):

Parisii / A Paris, chez Etienne Ganeau et chez Jacques Quillau, 1720. 2 volumes in-4 de XIX-[7]-430-[6] et [12]-456-[6] pages, pleine basane mouchetée, dos à 5 nerfs ornés de fleurons, encadrements, roulettes, titre et tomaison dorés, tranches mouchetées. Nom de possesseur (Picot-Mallet, Genève) et inscription bibliographique, tous deux à la plume.

Le premier volume est illustré d'un frontispice allégorique gravé par Thomassin d'après Vleugels, d'un large bandeau figurant Louis XV enfant gravé par Duflos et d'un plan dépliant et de 54 planches dont 25 doubles montées sur onglets; le second volume est illustré d'un frontispice, de deux larges bandeaux figurant le portrait du jeune Louis XV, gravés par Duflos, et d'un bandeau gravé (fleurs de lys) et 40 planches dont 30 doubles montées sur onglets. Edition originale, complète en deux volumes, sur les neuf volumes annoncés, seuls ceux-ci parurent. Singulière publication, dont le premier volume est dédié au Roi le second au Régent. Ils contiennent, en une longue série de chapitres la description copieusement développée non seulement de l'aspect du Château de Versailles et de ses royaux appartements au temps de Louis XIV, mais encore chacune des statues et peintures qui le décoraient alors. Un autre particularité, c'est que l'ouvrage est bilingue, français latin. Nous précisons que cette publication à un nombre de planches particulièrement hasardeux, situé entre 90 et 100 selon Cohen, mais nous n'avons pas pu en trouver un seul si complet. Le nôtre a 94 planches, 2 frontispices, 3 bandeaux et un grand plan. Reliures un peu frottées, un mors fendu sur 4 cm., manque une coiffe inférieure; quelques rousseurs. Cohen 724; Brunet III, 1827.

980.00 CHF