Référence :15246

Les fleurs du mal.

BAUDELAIRE Charles:

Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1857. In-8 broché de [4]-248-[4] pages, couverture jaune paille d'éditeur. Chemise en maroquin bordeaux, dos à nerfs, doublé de daim bordeaux, étui (signé Loutrel).In-8 of [4]-248-[4] pages, straw yellow coloured publisher cover. Burgundy morocco folder, ribbed back, burgundy buckskine liners, case (signed Loutrel).

Précieux exemplaire broché, tel que paru fin juin 1857, bien complet des 6 pièces condamnées. Suite à un article paru dans le Figaro qui dénonce l'immoralité des poèmes, la Direction générale de la sûreté publique attire l'attention sur plusieurs pièces qui constituent "un défi jeté aux lois qui protègent la religion et la morale" ainsi que celles " qui sont l'expression de la lubricité la plus révoltante". Le Parquet est saisi. Le substitut du Procureur impérial, Pinard, est chargé de requérir contre le poète et ses éditeurs: il a manqué son coup contre l'auteur de Madame Bovary et ne doit pas laisser échapper celui des Fleurs du Mal. […] Le 20 août, Baudelaire est condamné à 300 francs d'amende - ses éditeurs à 100 chacun - et à la suppression de six poèmes: Les Bijoux, le Léthé, À celle qui est trop gaie, une des Femme damnées ("A la pâle clarté..."), Lesbos, Les Métamorphoses du vampire. Cl. Pichois, En français dans le texte, 276.Les erreurs d'impression aux titres courants des pages 31 et 108 (Les Feurs du Mal), la mauvaise numérotation de la page 45 (marquée 44) et la faute page 201 (captieux pour capiteux) sont bien présentes et confirment un exemplaire du premier tirage.Precious unbound copy, as published at the end of June 1857, complete with 6 condemned pieces. Following an article published in Le Figaro which denounces the immorality of the poems, the General Direction of Public Safety draws attention to several documents which constitute "un défi jeté aux lois qui protègent la religion et la morale" ainsi que celle " qui sont l'expression de la lubricité la plus révoltante". The public prosecutor's department is seized. The deputy of the imperial prosecutor, Pinard, is responsible for petitioning against the poet and his publishers: he missed his shot against the author of Madame Bovary and must not let go the author of Les Fleurs du Mal. […] On August 20, Baudelaire was sentenced to a fine of 300 francs - his publishers 100 each - and to the deletion of six poems: Les Bijoux, le Léthé, À celle qui est trop gaie, une des Femme damnées ("A la pâle clarté..."), Lesbos, Les Métamorphoses du vampire. Cl. Pichois, En français dans le texte, 276.The printing errors in the running titles on pages 31 and 108 (Les Feurs du Mal), the wrong numbering of the page 45 (marked 44) and the fault on page 201 (captieux pour capiteux) are present and confirm a copy of the first edition.

30,000.00 CHF