Référence :16306

Les contes en vers et en prose de feu l’abbé de Colibri ou le Soupé, conte composé de mille et un contes.

[CAILHAVA D’ESTENDOUX Jean François]:

Paris, de l’imprimerie de Didot jeune, an VI (1798). 2 volumes petit in-12 de 157-[2]; 152 pages, plein maroquin vert à grain long, dos lisses ornés de filets et fleurons dorés, encadrant les plats, roulette dorée bordées de double filets dorés droits, coupes décorées, filet doré intérieur, page de garde lavande (à moins que cela ne soit parme), tranches dorées. La reliure, selon nos indicateurs, serait de Bozérian (Jean-Claude, alias L’aîné).

Les deux pages décrivant l’estampe «figurant» au début de chacun des volumes sont une supercherie: elles décrivent une image inexistante, mais qui naît dans l’esprit du lecteur, d’une rare efficacité! Edition augmentée de plusieurs chapitres et de plusieurs contes. Les frères Goncourt dans Une Maison d’artiste ont appelé «Le Soupé» un roman qui a toute la charmante désinvolture d’un style aujourd’hui perdu. L’édition est élégamment imprimée sur un beau papier vélin. Ravissant exemplaire dans une jolie reliure en maroquin vert de Bozérian. Des bibliothèques de G. de Pixerécourt (cat. 1839, n° 833), du comte H. De la Bédoyère (cat. 1862, n°1095), d’Edouard Rahir (cat. 1937, V, n° 1663), et de Jean François Chaponnière, avec leurs ex-libris. Etiquette du libraire Pierre Berès. Somme toute, une vrai provenance! Barbier, IV, 525; Quérard, I, 763.

1,000.00 CHF